J'ai rencontré le Fado



Il y a quelques années alors que j'étais dans un taxi parisien, j'avais demandé au chauffeur quelle était la voix qui résonnait dans son tacot. D'un regard fier dans le rétro, il m'avait répondu d'une voix grave "Amalia".
Devant mon regard étonné, il avait ajouté "Vous ne connaissez pas Amalia?" Non. "Amalia, a-t-il repris d'une voix émue, Amalia c'est mon Portugal". Il a monté le son, je me suis tu et j'ai traversé tout Paris le nez à la fenêtre avec la voix d'Amalia Rodriguez. C'était ma première rencontre avec le Fado, c'était il y a quatorze ans. 


"Je suis Amalia Rebondâo
Une nouvelle chanteuse
Et parce que j'aime cette chanson
Du plus profond de mon coeur
Je suis une vraie chanteuse de Fado"


A mon arrivée à Lisbonne, je découvre qu'il existe un musée, une fondation Amalia Rodriguez. Impossible de faire l'impasse. Cette rencontre d'il y a quatorze ans je vais enfin la retrouver. 

Rendez-vous le long de la rua Sao Bento, La jolie maison sur la première photo, c'est celle d'Amalia Rodriguez. Elle y résidait quelques mois par an car le reste du temps Amalia, qui dix ans après ses débuts au Retiro da Severa, débute une carrière internationale, voyage et chante son amour ailleurs. Les maisons que vous voyez ci-dessus sont celles qui prolongent la rue.

 

A Lisbonne, sa maison a été laissée telle quelle après sa mort en 1999. Nous sommes les seuls ce jour-là à la visiter. Nous montons le petit escalier qui mène aux appartements. Une dame aux cheveux gris nous reçoit. Elle fut l'Assistante, la dame à tout faire d'Amalia pendant une quarantaine d'année, une vie. Cette vie à servir Amalia elle nous la raconte avec des moments d'émotions, des rires et des larmes dans les yeux. Nous découvrons un univers riche de souvenirs, étrange et fascinant à la fois. Il faut ensuite fermer les yeux et imaginer.
"L'Italie eu la Callas, le Portugal porte Amalia" nous dit-elle. Je scrute, je dévore les anecdotes, je regarde les détails qui font de cette femme à la forte personnalité un monument. Quelle chance, quand j'y pense, d'avoir pu rencontrer cette dame. Un musée à elle toute seule, qui aime, à qui sait lui parler, raconter des scènes de vie d'Amalia. Nous la laissons dans les vapeurs d'un Shalimar. Si vous aimez le Fado, ne manquez pas cette maison.


Le Portugal c'est le Fado, c'est le chant mélancolique et quelque fois joyeux de ses chanteurs. Un peu partout dans les restaurants, des chanteurs et des chanteuses de Fado sont invités à enchanter les soirées. Le Fado est un chant vibrant qui se respire. On lui réserve même un musée à Lisbonne.


Ici à Coimbra, à deux heures de route au nord de Lisbonne, le Centro ao Fado ouvre ses portes toute la journée pour une exposition permanente. Les portraits de musiciens et d'artistes envahissent les murs. On peut y réserver sa place pour assister à 18h00 à un concert en dégustant un vin de Porto.


On raconte que le Fado de Coimbra trouve sa source chez les étudiants brésiliens et Lisboètes qui vinrent étudier dans sa belle Université.


Des portraits, des vies de musiciens posées là, immortalisées calmement le long du mur.


Les chanteurs portent une sorte de grand manteau noir, un peu comme une robe d'avocat.


Trouver un endroit pour écouter du Fado c'est façile, il y en a partout. A Lisbonne c'est au Clube de Fado que je suis allée dès le premier soir de mon arrivée.



En plein coeur du quartier d'Alfama et non loin de l'Eglise de Sé, le Clube de Fado est un restaurant Portugais traditionnel où l'on joue du Fado tous les soirs.


Ces restaurants sont comme des maisons, chaleureuses et solennelles à la fois. 


Apéritif et cuisine Portugaise goûteuse, vins sélectionnés. Le parfait équilibre pour commencer une soirée. Et lorsque la lumière s'éteint, chacun est prié de faire silence, on coupe la climatisation. Plus un bruit, le service s'arrête et seul le chanteur accompagné de musicien se fait entendre a capella.


La maison d'Amalia Rodriguez est au 193 de la Rua Sao Bento à Lisbonne, elle est ouverte tous les jours de 10h00 à 18h00 sauf le lundi. Bus n°6, 49 ou 100.

Le Clube de Fado est au 94 de la rua Sao Joao da parça (à coté de l'Eglise de Sé), il est ouvert tous les soirs de 20h00 à 2h00 du matin. Les musiciens et chanteurs prennent place vers 21h00 et je vous recommande de réserver votre table. Vous trouverez leur site ici

Le museo do Fado se visite au Largo de Chafariz de Dentro

Le Fado de Coimbra se trouve au n°7 la rue Quebra Costas à Coimbra.


Le Fado a cette image là, celle de la tristesse. C'est, à mon sens, la signature du Portugal et on ne peut guère y échapper !











Vous avez aimé? vous aimerez peut-être...

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
09 10 11 12
Blogging tips